24
Avr
2012
1

Rassembler, Redresser, Changer.

L’analyse du premier tour de l’élection présidentielle est très favorable à notre candidat, François Hollande. Arrivé en tête de l’élection avec 28,64% des suffrages, il détient le meilleur score pour un socialiste non président dans l’histoire de la Vème République.

Je salue tout autant la forte mobilisation des français. Cette excellente nouvelle, qui avait été analysée par de nombreux sondages, démontre une fois de plus le grand intérêt que suscite cette élection. Cette large participation a permis de faire émerger un bloc de gauche fort de 44% des suffrages quand il n’était que de 36,5% en 2007.

Cependant, Nicolas Sarkozy n’arrive pas seul au second tour. Son bilan et 10 ans de droite libérale, de casse sociale et territoriale n’ont fait que renforcer le parti de l’extrême droite. Les idées et le danger « Le Peniste » s’ancrent aujourd’hui dans le monde rural, dans les territoires industriels. Territoires qui aujourd’hui se sentent déclassés. Dans ces territoires grondent une lourde et sombre colère sociale attisée par la fermeture des services de proximité, par la disparition de la puissance publique, oubliés, abandonnés par l’État Sarkozyste.
Combien de bureaux de Poste fermés, d’instituteurs non remplacés, de commissariats perdus pour que six millions de français expriment leur rogne dans le vote FN ? Cinq ans de discours nauséabonds, de stigmatisations, d’amalgames, de « Droite Populaire », de débats où la parole xénophobe se relâche ont consenti d’engrosser la bête. Son souffle rauque embrume notre pays qui souffre.

Enfin, cet État arrogant et acrimonieux, est en position très inconfortable. Le résultat de ce premier tour est un désaveux sans appel pour Nicolas Sarkozy qui voit ainsi sa politique sanctionnée sévèrement par la souveraineté du peuple Français. Les attaques tous azimuts sur l’illégitimité, l’irresponsabilité ou encore sur les questions sociales portées sur notre candidat auront simplement dans les formes décrédibilisé un Président prêt à tout pour éviter de parler de son programme fantôme.
La défaite possible à l’horizon, il joue ses dernières cartes, des tripotages plus gros les uns que les autres, jaillissant la proposition des trois débats. Ce n’est pas parce que Nicolas Sarkozy est en ballotage défavorable qu’il faille aménager les règles existantes pour le propre confort de monsieur.

Continuons la campagne, frappons aux dernières portes, mobilisons nos dernières forces pour que le 6 mai François Hollande devienne le 24ème Président.

Le rassemblement du pays divisé c’est maintenant, le redressement du pays affaibli, c’est maintenant, le changement c’est maintenant.

13
Mar
2012
0

Navigation à l’aveugle

Le discours de Villepinte ne sera finalement pas l’égal du discours de la porte de Versailles. Au contraire, l’histoire de la présidentielle le catégorisera comme le grand meeting de Sarkosy, grand pour le nombre mais petit par les idées.

Aucune proposition convaincante est venue enrichir le débat démocratique dans le camp de l’UMP. Ainsi, cinq années de pouvoir auront tari l’obstination de la réforme, du changement que Nicolas Sarkozy souhaitait incarner.

Embourbé dans les bras d’une équipe proche de l’amateurisme et peut-être peu pertinente aux yeux des barons et autres cadres, il s’engouffre dans la répétition de discours, réchauffant des promesses non tenues, s’excusant de n’avoir pas été à la hauteur des espérances française. Son image glisse sur le reflet de l’imitation caricaturale d’un sosie fatigué.

La préconisation d’un ultimatum de 12 mois à sortie d’une décision de quitter l’espace Schengen va toujours dans le même sens, comme si, son plan, sa main d’atout nous étaient inconnus. Récidivant son jeu, il est facile de l’analyser. Il vire à droite toute jusqu’au soir du premier tour avant d’effectuer un empannage au centre dans l’entre deux tours. Plus personne n’est dupe.

Et dans cette navigation à l’aveugle ponctuer d’amer médiatique, surgit l’effet de ciseaux, le croisement tant attendu des commentateurs sportifs. Ce premier sondage nous révèle honnêtement peu de chose. Attendons demain, une confirmation ou une infirmation. À cette heure, je note que la dynamique est toujours sur la candidat François Hollande, il faut garder la tête froide et que le parcours jusqu’à la place des festivités de la victoire est encore long et semé d’embuches.

La science sondagière n’est pas une diseuse d’avenir. Restons mobilisé.

Ecrit par Roger Madec dans : Réciproque | Tags : , , ,
06
Mar
2012
1

La France a peur.

La campagne de Sarkozy sombre un peu plus chaque jour vers des sous-sols épouvantables et nauséabonds. Cette droitisation à l’extrême poussée par la soif du pouvoir, ce pouvoir qui tend à s’éloigner à mesure que l’échéance se rapproche, transporte notre Président-candidat très loin de la politique raisonnable.

Il fut un temps, pas si éloigné, où les maux des français étaient tous concentrés autour de cette crise maudite. Finalement, il semble qu’il fallait un peu mieux analyser la conjoncture pour se rendre à l’évidence que la peur de la France n’était pas là où on l’attendait. Non, cette peur rouge sang serait larvée dans le Halal. A 47 jours du premier tour, la France tremble.

Les ayatollahs anti-halal ont gagné du terrain, dépassé les lignes, franchi le rubicond afin de parasiter l’UMP. Victoire, le FN qui compte et recompte ses signatures se frotte les mains. Les français ne préfèrent-ils pas les originaux qu’aux pâles copies?

La viande halal mérite-t-elle un débat? Peut-être. Sur la coutume ? Sûrement pas.
Sur l’abattage sacrificiel? Pourquoi pas. Mais en-dehors de toute stigmatisation qui ne ferait que renforcer les discours des petits mollahs fraîchement rentrés d’Iran.

Les vrais problèmes des français sont le pouvoir d’achat, le chômage, la sauvegarde de l’industrie, la sécurité sociale, la justice, l’éducation, la sécurité, etc. Malheureusement, si le peuple les subit, Nicolas Sarkozy semble les avoir oublié.

Ecrit par Roger Madec dans : Réciproque | Tags : , , ,
21
Fév
2012
0

le candidat du peuple.

Sarkozy entre en campagne avec cinq années de retard sur ses promesses et un bilan calamiteux pour la France et pour le peuple.

Le meeting de Marseille, les visites éclaires de Rungis ont un goût acre amer et malheureusement bien connu. On nous rediffuse la vieille VHS usée par les enregistrements successifs et qui a entièrement perdu toute sa qualité à force d’être copiée et recopiée.

En effet, très loin du 14 janvier 2007, Sarko, comme l’aime à le nommer Juppé, nous a une nouvelle fois chanté son unique refrain, celui du médicastre qui pense que sa parole suffira à redorer l’image d’un placebo sauveur, héros de la crise, paladin du peuple de France. Mais les actes sont là, son intimité avec les grandes fortunes, cette connivence, a marqué profondément le quinquennat de cadeaux et autres ristournes fiscales pour les plus riches. On reliera les glorieuses pages du Figaro louant la politique courage, de la baisse de l’impôt sur le revenu pour les plus aisés, du bouclier fiscal, de la baisse de l’ISF et de la TVA sociale.

L’image du Président des riches complexé qui souffrait de n’être pas de la « jet set » apporte une invraisemblance totale à son nouveau personnage : le candidat du peuple.

Ecrit par Roger Madec dans : Réciproque | Tags : , , ,
15
Déc
2011
0

Condamnation du Président Chirac

La condamnation du Président Chirac est une mauvaise nouvelle pour tous les détracteurs de notre système judiciaire. Une mauvaise nouvelle pour un Parquet à l’attitude suspicieuse qui avait demandé la relaxe.

Cette décision de justice démontre que la France est un pays où tout homme, quelque soit sa fonction antérieure, aussi prestigieuse soit-elle, peut être jugé, reconnu coupable et condamné.

Je regrette cependant que ce procès soit arrivé si tard. Cette condamnation amène à nous interroger sur le statut pénal du Président de la République. Un statut obsolète dans notre idéal de justice et qui devra donc être réformé par le prochain chef de l’État.

21
Juil
2011
0

Scandales sans limite : une volonté infinie de réduire le débat public à néant.

Des polémiques et des rumeurs qui voudraient nuire au candidat aux primaires Hollande…après Aubry il y a quelques jours !

François Hollande, pièce rapportée de l’affaire opposant Tristane Banon à DSK, voit aujourd’hui sa dignité remise en cause par cette sordide histoire. Le PS, en dehors de toute stratégie de primaire, soutient Hollande comme un seul homme.

Le candidat à la primaire a demandé à être entendu par la police le plus vite possible. La chose est maintenant faite : il n’a rien dit de plus que ce qu’il clame depuis le jour où la plaignante à citer son nom. Cela n’est guère surprenant. Cette affaire relève chaque jour un peu plus du « name dropping » affligeant.

Il est étonnant de voir que celle qui ne voulait nullement faire de son affaire un cas politique ne cesse de ramener des personnalités le plus souvent politiques sur le devant de la scène. Celle-là même qui ne voulait nullement mêler l’affaire de Manhattan à la sienne, porte plainte au moment même où les accusations contre DSK retombent. Enfin, c’est encore elle, qui envoie son avocat rencontrer le procureur de New York, Cyrus Vance et l’avocat de Nafissatou Diallo.

Alors, face à ces manœuvres et faux semblants, entre rumeurs et instrumentalisation, il s’agit de revenir au cœur des débats. Les Français ne peuvent que se sentir flouer lorsque le débat public se concentre sur une affaire privée qui tente de salir le favori des sondages, tandis que leur seule attente est de parvenir enfin à élever le débat à l’aune de cette fin de quinquennat qui les a immergés dans un tout médiatique.

Bien évidemment, le nom de Hollande n’est cité que de façon complètement excentrée dans cette affaire, il n’y est nullement au cœur. Et pourtant, aujourd’hui on tente d’en faire un protagoniste. En toute franchise, cela n’a rien d’inattendu dans cette nouvelle ère : après la campagne contre Martine Aubry, voici celle contre Hollande ! On ne s’interroge guère sur les personnes tirant les fils. L’Elysée a tout bon : la France pouvait-elle tomber plus bas, plus loin de tout débat d’idées constructifs, de comparaison de projets politiques et de société ?

Récapitulons : DSK en a été la cible, puis Martine Aubry et son entourage, ensuite les propos injurieux tenus sur Eva Joly, et maintenant François Hollande impliqué tant bien que mal dans une sombre histoire qui ne le touche même pas de loin. Vous ne trouvez pas ça étrange ? Tiré par les cheveux plutôt ! Peut être encore une sombre histoire de tiroir…

La majorité doit tirer les leçons de ces scandales à tout va : loin de salir les leaders de l’opposition, il risque bien plus d’en faire des personnalités de premier plan, qui auront réussi à sortir indemnes des plus viles tentatives. Faute de propositions concrètes de l’UMP, nous devrons nous contenter d’une présence médiatique donnant tour à tour dans le populisme d’extrême droite et les campagnes calomnieuses aux gros titres sans contenu. 2012 arrive à grands pas, l’alternance sera la réponse de nos concitoyens à ce marasme politique nauséabond !

Ecrit par Roger Madec dans : Réciproque | Tags : , , , , , , ,
20
Juil
2011
0

Interdire la grève pendant les vacances…Encore une proposition liberticide, rien de neuf en somme !

Encore des phrases chocs, un grand déballage médiaticopolitique, qui montrent à quel point la majorité sous couvert de rebondir sur une actualité brûlante par pure démagogie n’hésiterait pas à remettre en cause des avancées sociales fondatrices, elles aussi, du pacte républicain.

Le député Lionnel Luca qui propose aujourd’hui de limiter le droit de grève pendant les vacances, n’est rien d’autre que le cofondateur du collectif Droite populaire avec Thierry Mariani, nouveau Ministre des transports. On aurait pu, sans connaître le nom de ce collectif, comprendre de prime abord que cette proposition émanait nécessairement de cette droite décomplexée qui reprend le dessus au sein de l’UMP.

Certes, le droit de grève est inscrit dans le bloc de constitutionnalité, il n’en est pas moins mis en danger par ces propos. Si les Sages rappellent que ce principe a valeur constitutionnelle, ils précisent aussi que le législateur est habilité à en tracer les limites. Ainsi la majorité pourrait tenter de porter atteinte au droit de grève si le biais est celui de la défense de l’intérêt général.

Il s’agirait de mettre en œuvre cette réforme par le biais du service minimum, en somme d’élargir ce dernier. « La seule solution est (…) l’interdiction de la grève durant les périodes de départs et de retours massifs de vacances », l’a-t-on entendu dire. Le règne de la pensée unique : il n’y a qu’une voie de sortie à tous les maux des Français, et seule la majorité détient la vérité !

La vérité serait bien davantage l’absence de complexe de la majorité à opposer les Français les uns aux autres : les salariés en grèves contre les vacanciers, les « véritables » Français contre les binationaux. Ainsi l’intérêt général qui pourrait servir à limiter le droit de grève prend davantage la forme de l’intérêt particulier d’un UMP à la déroute. Nos concitoyens savent que dans chaque vacancier réside un salarié dont les conditions d’emploi sont elles aussi menacées chaque jour un peu plus.

Non ! Les Français refusent cette scission permanente au sein de leur Nation. Le Peuple français est uni autour de valeurs républicaines, ces mêmes valeurs que le gouvernement et la majorité nous montrent, à tout instant, ignorer et bafouer un peu plus. L’alternance s’impose dans l’esprit de nos concitoyens lassés de ces approches populistes et publicitaires, dont ils seront les premières victimes quand le vent tournera.

L’égalité, c’est aussi de pouvoir prétendre à une même capacité à défendre ses droits : en 2011, les Français clament la défense de l’égalité, en 2012, ils voteront !

Ecrit par Roger Madec dans : Réciproque | Tags : , , , , ,
18
Juil
2011
0

La politique française sous l’ère Sarkozy ou comment la France a-t-elle atteint l’acmé du règne de la pensée unique ?

La pensée unique ne peut que rappeler des jours sombres de l’Histoire de France. Pourquoi les faits actuels relèvent-ils de la pensée unique ? Parce que lorsqu’un candidat choisi au sein de son parti fait une proposition, la réponse ne prend pas la forme d’un débat mais de propos aux relents xénophobes. Ne pas adhérer à une proposition appelle à formuler une réponse de fonds, mais pas à tenter de tirer des fils d’un populisme dépassé.

Il serait temps que « Mme Joly retourne en Norvège » a-t-on entendu dans les rangs de l’UMP et… du Front National. Etonnante similarité de discours, à laquelle on commence même à s’habituer. Une habitude qui fait froid dans le dos. Lorsque la droite tient des propos en permanence en résonnance avec l’extrême droite, et opte pour la même technique afin d’éluder la confrontation d’idées, il est temps de crier haro ! La pensée unique, certes, mais c’est aussi l’ère des propos indignes de nos gouvernants.

C’est encore une fois l’ensemble des binationaux qui est ici visé par les propos de cette droite réunie autour de valeurs antirépublicaines. « Rentre dans ton pays ! », ces propos que la gauche a depuis tant d’années essayé d’éradiquer du champ des phrases anodines : cette phrase est réintroduite par le haut, par les représentants de l’Etat.

Une honte ! Un recul auquel il faut mettre un terme ! On ne peut laisser penser que nos concitoyens adhèrent à ces idées d’un autre temps. En 2011, les Français ont marché pour l’égalité et la lutte contre les stéréotypes et les discriminations, en 2012 ils voteront !

Ecrit par Roger Madec dans : Réciproque | Tags : , , , ,

Propulsé par WordPress | Thème Aeros | Glen CHAVIN-COLLIN | Traduction WordPress tuto