12
Juil
2011
0

Sentez-vous cet air nauséabond ?…C’est l’odeur de la république bananière !

Cette odeur putride viendrait tout droit du tiroir d’un bureau de l’Elysée. Ce tiroir, qui voudrait faire vaciller tous candidats à l’élection présidentielle, risquerait davantage de salir la Vème république et de clouer l’UMP au pilori !

Oui, cette atmosphère soulève le cœur, n’est-ce pas ? Il n’y a pas si longtemps, la droite n’avait pas besoin d’aller piocher dans les idées du FN, et ne s’encombrait pas de tas de rumeurs injurieuses pour se battre dans l’arène politique…C’était le temps où la droite avait des idées, différentes de la gauche certes, mais des idées tout de même !

Non contente de se diriger droit devant la débâcle, la majorité a décidé de tirer avec elle la France vers le bas. Mais ne soyons guère fatalistes ! Si ces scandales à répétition nous apprennent une seule chose, c’est que le temps de l’alternance est une nécessité. Il est vital de redonner une échelle des valeurs républicaine au gouvernement.

Les Français ne sauraient se contenter d’un débat qui tourne court, et ne peuvent se satisfaire de ce lancer d’œufs pourris. Ils ont déjà compris : salir l’adversaire serait devenu le seul moyen pour le gouvernement de ne pas parler du fonds, ni de l’état actuel de la France.

La politique économique du travailler plus pour gagner plus a été une vaste farce, seuls les plus privilégiés – une frange ultra minoritaire – ont tiré avantage de la politique du gouvernement. Les niches fiscales se votent et les rumeurs se propagent tandis que les plus modestes se voient mis plus en difficulté chaque jour. La France serait-elle devenue le pré carré de quelques dirigeants, craignant de participer au développement économique et social de leur prétendu pays, et de quelques mauvais utilisateurs du web ?

C’est un sombre tableau, mais cela sera notre réalité quotidienne jusqu’en 2012. Restons optimistes, l’opinion des Français ne semble pas s’encombrer de ses rumeurs…Oui, ils ont bien tout saisi !

Ecrit par Roger Madec dans : Réciproque | Tags : , , , ,
04
Mar
2011
0

ISF : si je donne à l’un, il faut bien que je prenne à l’autre.

Les mêmes, qui hier louaient le bouclier fiscal, se sont retrouvés jeudi 4 mars lors d’un colloque à Bercy pour entériner et, par la même occasion, fêter l’enterrement de cette réforme.

Cette réforme qui devait relancer l’économie, nous expliquait-on à sa création, aura donc duré tout juste quatre ans. Il est difficile de parler de réussite.

Mais les amis de notre Président sont déjà rassurés, leur privilège perdu est remplacé par un aménagement de l’ISF. Un aménagement qui ressemble plus à une suppression pure et simple qu’autre chose. En effet, le plafond des revenus déclarés devrait être relevé de 790 000 euros à 1,3 millions d’euros. Un manque à gagner pour les recettes de l’État qu’il faudra impérativement combler.
Ainsi, devant un situation économique difficile engendrée par le déficit de la France, le candidat Sarkozy, en janvier 2007, déclarait : « Il n’y aura pas de suppression de l’ISF si je suis Président de la République. » Si les promesses s’oublient aussi vite qu’un coup de fourchette au Fouquet’s, le déficit quant à lui continue d’augmenter.

Il y aura donc un effet de balancier à équilibrer et si je donne à l’un, il faut bien que je prenne à l’autre. Sur ce point, le Président et ses ministres sont un peu moins loquaces.

27
Avr
2010
0

Abolition des appels surtaxés vers les hôpitaux

J’ai attiré l’attention de Mme la ministre de la santé et des sports sur les appels surtaxés vers les hôpitaux.
Un arrêté du 10 juin 2009, entré en vigueur le 1er janvier 2010, impose que tout appel vers les numéros surtaxés, appelés « services téléphoniques à valeur ajouté », fasse l’objet d’une information sur le tarif.
Or les appels vers les hôpitaux ne font pas l’objet de cette information tarifaire. Ainsi, prendre des nouvelles d’un proche hospitalisé peut coûter cher. La circulaire de 1995 interdisant les téléphones portables dans l’enceinte des hôpitaux pourrait être supprimée.
En effet, cette interdiction oblige le patient ou la famille à passer des appels surtaxés.
Je précise que des études scientifiques récentes démontrent que le risque de perturbations électromagnétiques est minime et le comité d’évaluation et de diffusion des innovations technologiques de l’AP-HP indique que les interférences causées par l’usage des téléphones portables actuellement utilisés ne sont pas en mesure de perturber les dispositifs médicaux.
J’ai donc demandé que la circulaire de 1995 soit abolie afin de permettre l’utilisation de téléphones portables dans les chambres hospitalières et ainsi éviter les surtaxes des appels téléphoniques.

Ecrit par Roger Madec dans : Le Sénat | Tags : , , , ,
31
Mar
2010
0

Amplification record de la dette en 2009

Les prévisions indiquaient une situation inquiétante et record. La dette explose en 2009 en atteignant 1489 milliards d’euros, soit l’équivalent de 77,6% du PIB. Pour mémoire en 2008 la dette était de 67,5%. Cette augmentation de 10 points sur une année est du jamais vue.

Le communiqué de Bercy montre l’entêtement du gouvernement à ne pas reconnaître ses erreurs. Le déficit public serait « intégralement liée aux effets de la crise mondiale » alors que la politique fiscale du gouvernement fait qu’amplifier la dette.

D’une manière générale ce sont 15 milliards d’impôts qui n’ont pas été perçus cette année. Les recettes se voient amputées de 12 milliards de taxe professionnelle et de 3 milliards de baisse de la TVA, cadeau à la restauration.

La situation du pays se détériore, alors que dans le même moment le gouvernement confirme sa logique de politique fiscale totalement injuste et inégale.

Ecrit par Roger Madec dans : Communiqué de presse | Tags : , , , , , ,
14
Sep
2009
0

Taxe Carbone

La taxe carbone apparait par une explication gouvernementale être une bonne taxe ayant pour but de mettre un frein à l’engrenage du réchauffement climatique et ainsi sauver l’humanité.
Si l’idée se montre prometteuse, en y regardant de plus près, on se rend compte rapidement que l’on demande aux plus pauvres de sauver la peau des plus riches.

Par conviction, je suis favorable à tout nouvel impôt dès qu’il est utile à l’amélioration de la société et quand il est juste.
Le nouvel impôt que nous propose Nicolas Sarkozy ne répond pas à cette définition d’amélioration et de justice.
Cette sarko-taxe est injuste socialement. S’adressant à tous les citoyens, elle ne fait pas de différence entre le « bobo » des centres-villes et les habitants des périphéries ou des zones rurales.

Car si Paris possède une large infrastructure de réseaux de transports publics, il en va différemment dans beaucoup d’autres régions de France. Combien de familles sont dépendantes de leurs voitures afin d’aller au travail, d’aller chercher les enfants à l’école, etc. ?
4,8 centimes par litre de fuel ou de gasoil, 4 centimes par litre d’essence, les familles modestes sont les grandes perdantes de la taxe verte. Je note au passage que le chef de l’État ne souhaite pas taxer l’électricité qui, quand il y a pic de consommation, est produite par des centrales thermiques.
J’ajoute que dans le contexte actuel de crise ou les comptes publics sont en train de sombrer (moins de recette de TVA et gonflement des budgets sociaux par la montée du chômage), il y a un risque pour que cette taxe qui ce veut écolo, devienne un impôt à renflouer les caisses de l’Etat.

Peut-on parler de justice quand on offre des milliards aux plus riches et que l’on demande aux plus modestes un effort financier supplémentaire ?

Sérieusement, qui au gouvernement, pense que l’on va sauver la planète en facturant la tonne de carbone à 17€ ? La fiscalité devrait être le dernier instrument utilisé dans la lutte contre le réchauffement climatique. La prime à la casse et le bonus écologique ont permis de remplacer nos vieilles voitures polluantes par des voitures neuves moins polluantes. C’est dans cette continuité que l’on attendait une réponse forte afin de favoriser la réhabilitation thermique des logements, le financement et le développement de transports collectifs et la valorisation des énergies renouvelables.

Nous devons changer notre modèle de développement à moyen terme afin de respecter les engagements internationaux et européens et pour cela nous devons aider les familles modestes à modifier leurs modes de vie afin qu’elles soient moins consommatrices d’énergies à effet de serre. Qu’elles deviennent avec l’aide de l’État le moteur de ce renouvellement énergétique.

photographie : Ian Britton

Ecrit par Roger Madec dans : Réciproque | Tags : , , ,

Propulsé par WordPress | Thème Aeros | Glen CHAVIN-COLLIN | Traduction WordPress tuto