13
Juin
2012
0

#circo1701 : Le twitte de Valerie Trierweiler

Le twitte de Valerie Trierweiler soutenant le camarade dissident Oliver Falorni contre Ségolène Royal à la Rochelle est une anecdote qui ne devrait pas dépasser les 140 caractères dans un communiqué de presse.
Ce twitte révèle le paradoxe de la première dame de France. Car derrière cette image d’Epinal, on agite l’étendard d’une fonction qui flotterait sans statut pour office de mât sur le palais de l’Elysée. La citoyenne Trierweiler peut donc s’exprimer sur le sujet qu’elle souhaite appuyant
son avis personnel, mais la compagne du Président de la République doit garder un « rôle discret » afin de ne pas mettre en difficulté le Président et son gouvernement. A la bienveillante sagesse de savoir faire la part des choses.
Finalement, seule la droite profite de cet instant médiatique pour faire feu de tout bois surexploitant « lapetitephrase » essayant au passage de masquer son soutien plein et entier aux thèses frontistes quand ce n’est pas aux candidats « bleu Marinne ».

05
Déc
2011
1

Investitures

Les conditions dans lesquelles les investitures aux élections législatives sont organisées ramènent le Parti Socialiste des décennies en arrière. Le temps où les discours sur la rénovation animaient nos cadres semble être terminé avec le choix assumé de réserver les circonscriptions aux copains.

Il n’y a aujourd’hui aucun argument solide pour ne pas soumettre au vote des militants les investitures de Ségolène Royal, Jacques Lang et Julien Dray. Quant à Christophe Borgel pour lequel j’ai beaucoup de sympathie (il fut mon adjoint de 1995 à 2001), il n’a nulle légitimité dans la Somme sans que les militants aient leur mot à dire.

11
Oct
2011
0

un premier tour qui donne le PS vainqueur

Je veux remercier tous les concitoyens qui ont participé au choix que leur a proposé les premières primaires citoyennes, ainsi que toutes celles et ceux qui en ont aidé à leurs organisations dans notre arrondissement.

Le premier tour de l’élection du candidat socialiste à la présidence de la République a donné un premier résultat qui donne le PS vainqueur.

Avec plus de 2,5 millions de votant le PS a réussi à démontrer l’envie des français de se saisir des grands moments démocratiques que nous leur proposons et ainsi, de rappeler qu’ils s’intéressent à leur avenir. Les critiques sur leurs faisabilités et sur l’intérêt qu’elles allaient suscitées sont oubliées par les plus pessimistes cadres de l’UMP, qui dans un soubresaut d’angoisse annoncent organiser des primaires en 2017.

Je suis fier d’avoir participé avec vous à cette transformation démocratique de la vie politique française.

Les différents scores obtenus par les trois premiers, doivent amener à considérer qui sera le plus à même de rassembler la gauche autour de sa personne. François Hollande représente cet espoir de changement que les français attendent avec impatience pour battre Nicolas Sarkozy au printemps prochain. Martine Aubry a montré pendant cette campagne sa détermination et donc qu’elle n’était pas qu’un second choix. Nous lui devons d’avoir avec pugnacité œuvré à l’organisation des primaires citoyennes durant l’année dernière. Arnaud Montebourg qui ravit la troisième place confirme que le choix des primaires qu’il nous avait proposé, était une excellente initiative. Mais cette réformation démocratique du PS appartient aussi à Ségolène Royal qui depuis 2007 a insufflé au PS vent de changement. Aujourd’hui, les valeurs qu’elle défend font parties intégrantes de nos aspirations même si les français qui se sont déplacés pour voter, ont jugé qu’elle n’était plus en capacité de rassembler.

Le second tour devra faire jaillir un candidat ou une candidate largement majoritaire. De cette victoire dimanche soir, notre vainqueur rassemblera toute notre famille politique autour d’un projet commun où Arnaud Montebourg, Ségolène Royal et Manuel Valls ont toute leur place pour faire gagner la gauche le 6 mai prochain.

30
Nov
2010
1

Ségolène Royal, une candidature naturelle

Dans un parti politique qui met en place le très démocratique système des primaires, on était surpris par les tactiques des pactes qui semblaient jusqu’à hier se mettre en forme. Ségolène Royal, à contre pied du pacte dont elle s’avérait faire partie, vient de se déclarer candidate aux primaires. C’est une bonne chose. Sa candidature est autant naturelle que celles de Valls ou de Montebourg. On s’oriente donc vers des débats politiques d’où en sortira le candidat socialiste porté par les millions de sympathisants qui verront en lui l’expression du changement face à l’actuelle présidence.

Cependant, cette multiplication impose un rapprochement dans le calendrier électoral. Car sur notre droite, nous avons déjà la machine UMP qui s’élance dans cette course électorale. Un calendrier avancé éviterait le suspense du « quel-le- candidat pour le PS » prévu pour se terminer à l’automne 2011, soit à peine quelques mois avant le premier tour de l’élection présidentielle.

22
Sep
2009
0

On tourne la page

Un an après la fête de la fraternité et presque un an après le congrès de Reims, Ségolène Royal s’efforce de se recentrer sur le Parti. Évitons de ne plus nous attaquer, de ne plus manigancer les uns contre les autres et les Français recommenceront à espérer en notre capacité à travailler, à proposer et à les défendre.

En souhaitant un dépassement du PS, elle conclut notre belle séquence des universités d’été avec un message d’avenir et de réconciliation. On tourne la page des tristes chapitres déjà écrits. Fin des polémiques sur les fraudes électorales. Chacun retrouve le chemin de la réflexion et des propositions. Nul ne s’en plaindra.

Propulsé par WordPress | Thème Aeros | Glen CHAVIN-COLLIN | Traduction WordPress tuto