20
Sep
2012
0

Vol à l’arraché de bijoux en or

J’avais interrogé le ministre de l’intérieur sur le phénomène de vol à l’arraché des bijoux en or.
voici la réponse apportée par le ministre de l’intérieur.

Le vol à main armée dans les bijouteries, cambriolages ciblés ou encore vols à l’arrachée de colliers en or sur la voie publique. Ce constat est, pour une large part, lié à l’envolée des cours de l’or mais il peut également être mis en lien avec le développement d’officines, de comptoirs ou de sites internet spécialisés dans l’achat d’or qui offrent autant de possibilités d’écouler des marchandises frauduleusement acquises. Afin de prévenir et de lutter contre ces phénomènes, le ministère de l’intérieur a développé un plan d’action en deux axes : – La mise en place d’un dispositif opérationnel afin de prévenir les attaques dont sont victimes les particuliers et les professionnels. S’agissant des vols avec violence commis sur la voie publique, des actions de sécurisation renforcée sont orientées au moyen de cartographies opérationnelles et du rapprochement des plaintes. Concernant les professionnels, des mesures ont d’ores et déjà été mises en œuvre afin de les sensibiliser aux risques encourus. Ainsi les référents sûreté réalisent des consultations auprès des professionnels du secteur afin d’établir des diagnostics de sécurité. Ces mesures doivent être complétées par le développement de nouveaux systèmes de sécurité passive et de partenariats opérationnels. Enfin, dans les circonscriptions les plus touchées, des campagnes de sensibilisation du grand public sont menées par les services de police et de gendarmerie. – Le renforcement de l’action des services dans la lutte contre le recel et les filières d’écoulement de ces marchandises. D’ores et déjà, des contrôles de police administrative ciblés dans le cadre d’actions coordonnées, notamment avec les douanes, sont renforcés afin de veiller à l’application de la réglementation existante par l’ensemble des acteurs de la profession. Il s’agit dans un même temps d’harmoniser les procédures de contrôle. Le ministre de l’intérieur a réuni des représentants des organisations professionnelles de la bijouterie, horlogerie et joaillerie ainsi que des négociants en métaux précieux le 16 juillet 2012, afin d’évoquer le renforcement de l’encadrement des opérations d’achat d’or. Les propositions, qui ont pour vocation de protéger aussi bien les professionnels que les consommateurs, feront l’objet d’une expertise interministérielle avec les ministères de l’économie et des finances d’une part et de la justice d’autre part.

Ecrit par Roger Madec dans : Le Sénat | Tags : , , , ,
14
Juin
2012
0

Vol à l’arraché de bijoux en or

j’ai attiré l’attention de M. le ministre de l’intérieur sur un phénomène nouveau de vol à l’arraché des bijoux en or.
Depuis plusieurs mois en effet, des femmes seules sont agressées en plein jour pour leur collier en or, sur la voie publique par de jeunes individus. Il s’agit d’actes de délinquance, dont les victimes n’en sont pas moins traumatisées durablement au-delà même du préjudice matériel.

Si l’engouement des voleurs pour les bijoux en or n’est pas nouveau, c’est la hausse du cours de l’or et sa facilité de revente qui rendent aujourd’hui cette activité des plus rentables. Cette hausse de la valeur de l’or a suscité bon nombre de vocations. Des annonces publicitaires dans la presse, sous forme de tracts distribués dans les boîtes aux lettres, sur internet ou à la télévision, incitent le plus grand nombre à se positionner sur ce marché. Il y a là de quoi attiser l’appât du gain facile et provoquer une flambée de petite délinquance d’amateurs, souvent très jeunes, qui se lancent principalement dans le vol à l’arraché, encouragés par l’étendue nouvelle des possibilités d’écouler leur marchandise.

Je lui demande donc s’il ne pense pas opportun d’encadrer strictement ce type de transactions et de communiquer sur ce phénomène pour protéger nos concitoyens.

Ecrit par Roger Madec dans : Le Sénat | Tags : , , , , , ,
18
Jan
2012
1
30
Juin
2011
0

Guéant en visite électorale à Belleville.

La visite éclaire de Claude Guéant, ministre de l’intérieur, dans le quartier de Belleville situé dans le 20ème arrondissement de Paris, n’aura été qu’un bon coup de communication.
Cette cajolerie politique à l’attention de la communauté chinoise n’apporte rien au sentiment d’insécurité grandissant dans ce quartier.

Ainsi, cette visite électorale n’aura fait que confirmer le désengagement de l’État devant la recrudescence de la violence. Une fois de plus les élus ne sont pas écoutés. Le ministre et son préfet de police préfèrent organiser leurs contingents dans les quartiers touristiques et chics de la capitale que d’apporter des solutions rapides et concrètes aux quartiers qui en ont le plus besoin.

Aujourd’hui, je demande que les forces de police soient utilisées à bon escient dans l’Est-parisien et sur Belleville. Ce n’est pas en demandant aux associations chinoises de faire de la prévention que l’on réglera le grave problème de la sécurité à Belleville.

16
Juin
2011
0

Rapport Ciotti : Le best-seller de la présidentielle serait-il déjà sorti ?

Le best-seller de la présidentielle serait-il déjà sorti ? À en croire le rapport Ciotti qui tombe à point nommé dans le campagne des présidentielles, on voit très bien revenir le grand thème, vainqueur toute catégorie : la sécurité.

Ce rapport, ni bon ni mauvais, a le mérite de désavouer l’ancienne Garde des Sceaux, Rachida Dati et de révéler à l’opinion publique l’échec du tout sécuritaire de la politique sarkoziste.
Car entre le yo-yo des chiffres des suppressions de postes dans la police nationale, le gouvernement a oublié que le « policier-juge » faisait uniquement partie des personnages de fictions. La justice rencontre toujours l’accusé. Mais avec l’intensification significative des arrestations et des procédures pénales il serait temps d’apporter les moyens nécessaires à notre justice qui avance, tant qu’elle peut, d’un pas souvent claudiquant.

Le rapport Ciotti met donc en évidence le fait que certains condamnés ne purgent jamais leur peine. Ce qui n’est pas totalement vrai puisque qu’en France 84% des peines prononcées sont exécutées.
Le second point que soulève le rapport nous amène sur un sujet où la droite et la gauche se différencient largement. Il s’agit de l’aménagement de la peine. Je suis convaincu que l’aménagement de la peine est nécessaire dans une démocratie qui souhaite investir sur l’humain. Le monde carcéral est un monde difficile où le condamné doit y percevoir et ressentir l’espoir de la réinsertion future. Il en est de même pour l’accompagnement à la sortie de prison. Ainsi, on remarque que les libérations sèches accroissent le risque de récidive alors que les libérations conditionnelles suivies favorisent la réinsertion de l’individu dans la société.

La privation de liberté doit avoir deux buts essentiels. Le premier est de protéger la société du condamné reconnu dangereux. Et le second but doit être la préparation à la sortie. Une peine aménagée n’est pas une peine non exécutée. L’aménagement de la peine est une modalité d’exécution qui est étudiée en fonction de chaque condamné. L’espoir d’avoir une réduction de peine qui n’est pas acquise, pour le prisonnier, évite le sentiment « du plus rien à perdre ». Un sentiment qui favorise les tensions, les violences carcérales et donc le risque de voir éclater des émeutes.

La prison doit donc, comme toute la chaîne pénale, faire son autocritique. Surtout dans un contexte où certaines violences croient chaque année. Il n’est pas stigmatisant de rappeler que seulement quelques milliers d’individus commettent la majorité des infractions les plus graves. De plus les criminologues notent que ces crimes et délits sont concentrés dans 26 départements et non sur l’ensemble du territoire national. Ces délinquants violents, qui plus est, perçoivent la prison comme un rite de passage indispensable à leur progression dans le « milieu ». A cette nouvelle problématique le rapport Ciotti n’apporte aucune réponse.

Ecrit par Roger Madec dans : Réciproque | Tags : , ,
18
Mai
2011
0

communiqué : Participation des citoyens au fonctionnement de la justice pénale

Très loin des préoccupations des français, nous examinons au Sénat le texte relatif à la participation des citoyens au fonctionnement de la justice pénale.

A son habitude, le gouvernement, porte-parole du Président de la République, a demandé l’urgence. Cette énième loi judiciaire qui nous est proposée dans cette frénésie législative a deux buts.
Le premier objectif est de faire participer les jurés populaires dans les 600 000 décisions de justice dans les tribunaux correctionnels et dans un second terme d’abroger la justice des mineurs pour la calquer sur celle des adultes. La sanction au lieu de la prévention reste toujours le leitmotiv de Nicolas Sarkozy.

Cet effet marketing de la logique sécuritaire n’est pas nouvelle et à la veille d’élections, elle prend l’odeur de la propagande populiste. Le gouvernement joue une fois de plus sur la séparation des français en fourvoyant la défiance des magistrats par l’opinion qui ne seraient pas assez sévères. Nicolas Sarkozy fonde son texte sur une opinion publique qui n’écouterait uniquement son émotion à l’égard du plaignant en faisant table rase de la présomption d’innocence. A quand la procédure accusatoire ?

Cependant, la Chambre Haute a osé remanier un peu le texte gouvernemental loin de toute tentative électoraliste. Le sénateur a su reprendre sa position centrale de législateur dans l’institution démocratique. Si je reste en opposition avec ce texte, je ne peux que constater les avancées qui ont été faites. Ainsi, le texte de la commission propose l’expérimentation pour la participation de citoyens assesseurs aux différentes juridictions pénales.

Malgré certaines progressions, cette loi ne répondra pas au malaise grandissant de la justice. Une justice étranglée par le manque de moyens constants. Il est plus que temps de mettre en place un Grenelle de la justice. Notre justice doit être sauvée en renforçant les agents titulaires et en lui affectant un budget à la hauteur de notre idéal démocratique.

02
Mai
2011
0

Communiqué de Presse relatif à l’occupation du bâtiment municipal 51, avenue Simon Bolivar

« Plusieurs dizaines de ressortissants tunisiens occupent depuis cette nuit un bâtiment municipal situé 51, avenue Simon Bolivar dans le 19e arrondissement. Je n’approuve pas l’occupation de ce lieu, inadapté à de telles fins et qui ne réglera ni les questions d’hébergement, ni les conditions d’accueil sanitaire et social de ces migrants.

Alors que depuis plusieurs jours, la Mairie de Paris propose, par l’intermédiaire de France Terre d’Asile et Emmaüs, un dispositif d’aide ponctuelle qui s’est notamment traduit par l’offre de 100 places d’hôtel, je souhaite que les nouvelles propositions faites pour renforcer ce dispositif – mise à disposition d’un bâtiment d’habitation et augmentation de 50 places du dispositif hôtelier – permettent une libération rapide des lieux.

Seule une solution humaine et négociée permettra de résoudre la question de l’accueil de ces migrants. Alors que l’Etat abandonne depuis plusieurs mois sa compétence en matière d’hébergement d’urgence et répond aux conséquences des révolutions du monde arabe par la force et le renfermement sur soi, j’appelle à une solidarité régionale pour répondre aux espoirs de ces migrants.
A l’échelon de la métropole, l’accueil digne de ressortissant tunisiens représenterait pour chaque commune un effort minime. Ce serait en revanche un geste fort à la hauteur des attentes. J’ai solennellement saisi la vice-présidente du Conseil Régional en charge de l’action sociale en ce sens. »

29
Avr
2011
0

Communiqué : Interpellations de migrants dans le nord de Paris

La situation des immigrants Porte de la Villette est accablante. Ainsi, la France plongée dans une conjoncture économique fragile depuis 2008 n’a peut-être pas les capacités économiques de recevoir une arrivée massive d’émigrés, et je le déplore.

Mais les opérations de police contre des réfugiés venus pour la plus part, s’alimenter, sont inadmissibles. Je condamne fermement l’ordre d’interpellation donné par le ministre de l’intérieur et par le Président de la République.

Il s’agit des basses œuvres qui souillent l’image de la France dans le monde, en général et dans les pays du Maghreb, en particulier qui viennent de se libérer de leurs tyrans.

Les forces de police déployées dans le 19ème arrondissement devraient être employées à sécuriser les quartiers difficiles où le trafic de drogue prolifère. La politique d’immigration poussée à l’extrême par le Président de la République et son gouvernement ouvre un boulevard au FN. Je ne serai pas surpris dans ces conditions que Marine Le Pen soit présente au second tour des élections présidentielles. Les français préfèrent toujours l’original à la copie.

Propulsé par WordPress | Thème Aeros | Glen CHAVIN-COLLIN | Traduction WordPress tuto