23
Juin
2011
0

Où en est la politique du logement en France ? La droite crie haro sur la crise !

Pas d’avancée à signaler! Plutôt un recul flagrant…Pourquoi? La crise bien sûr! Elle est la réponse du gouvernement la plus répandue à l’heure actuelle… Pourquoi ne pas se montrer solidaire des migrants tunisiens? La crise, on ne doit pas se montrer trop ouvert! Pourquoi stigmatiser les binationaux? La crise, il faut se recentrer sur les valeurs fondatrices de la France! Pourquoi réduire le nombre de classes et abaisser le temps de formation des professeurs? La crise, il faut économiser!

Que fait le gouvernement concrètement pour aider les Français dans cette crise omniprésente médiatiquement? Les Français ne pensent certainement pas que lutter contre la crise économique passe nécessairement par un retour au populisme. La mondialisation et la financiarisation sont les responsables de tous les malheurs de la France selon le gouvernement, mais qu’a-t-il proposé aux citoyens pour sortir de cette morosité? Des niches fiscales! Il est temps de se pencher sur les problèmes quotidiens de nos concitoyens, et pas seulement d’une poignée de privilégiés.

Le problème primordial des franciliens, particulièrement, reste le logement. La hausse des prix pour des logements toujours plus loin et moins confortables, c’est cela la réalité. Ce que les Français perçoivent de la crise, c’est d’abord le poids du loyer dans leur budget et le manque d’engagement des pouvoirs publics.

La politique du logement devrait être une priorité. Les logements vacants existent, mais la fiscalité n’engage pas à les mettre sur le marché, les communes continuent de payer plutôt que d’accueillir du logement social, parce que les amendes sont trop faibles! La demande augmente, les loyers aussi, mais la construction et l’offre sociale ne semblent intéresser que faiblement le gouvernement. Des lois existent, mais la droite les vide de leur substance.

Et pourtant, le logement est un vecteur essentiel de la reprise économique. Aujourd’hui les ménages consacrent une trop grande part de leur budget à leur loyer, souffrent des temps de transport de plus en plus long, et des conséquences sur leur vie sociale, professionnelle et familiale! Il faut rapprocher les Français de leurs emplois et de leurs services, améliorer la vie des quartiers, et dégager du pouvoir d’achat en diminuant la part consacrée au loyer!

Ecrit par Roger Madec dans : Réciproque | Tags : , , ,
02
Mar
2011
0

Question relative aux handicaps et au loyer de solidarité.

J’ai attiré l’attention Benoist APPARU secrétaire d’Etat au logement sur la discrimination des personnes handicapées quant à la catégorisation des ménages dans le calcul du Supplément de Loyer de Solidarité.

En effet, l’arrêté du 29 juillet 1987 relatif aux plafonds de ressources des bénéficiaires de la législation sur les habitations à loyer modéré et des nouvelles aides de l’Etat en secteur locatif précise qu’une personne titulaire de la carte d’invalidité est considérée comme une personne en charge dans le ménage, et permet un rehaussement dans la catégorisation du ménage, et en conséquence des avantages.

Seulement, l’arrêté ne précise pas la qualification d’un ménage composé de deux personnes possédant la carte d’invalidité. Ainsi, à cause du silence de l’arrêté, ce type de ménage sera considéré comme deux personnes ne comportant aucune personne à charge, c’est-à-dire à la catégorie 2 (article 2 de l’arrêté du 29 juillet 1987).

C’est pourquoi je lui ai demandé si le Gouvernement envisage une modification de cet arrêté afin de permettre à un ménage composé de plusieurs personnes titulaires d’une carte d’invalidité de bénéficier d’un traitement adéquat à leur situation de handicap.

05
Mai
2010
0

Il manque 900 000 logements en France

L’ouverture des États généraux du logement on dévoilé l’ampleur de la bataille que nous allons devoir mener avec des engagements concrets.

Le constat est sans appel : Il manque 900 000 logements en France.

Cette terrible situation concerne 3,5 millions de personnes qui sont mal logées ou pas logées du tout. Parmi elles, on retrouve des SDF, des familles, des personnes âgées et des jeunes. Toutes les générations sont concernées par ce fléau de la précarité du logement. Comment ne peut-on pas s’indigner sur des familles qui vivent dans des taudis, devant des être humains obligés de se fabriquer des logements de fortunes et de laisser les marchands de sommeil louer des caves ou des hôtels sordides?

L’État doit arrêter de légiférer sur des textes qui ne concerneront que 2000 personnes. Le gouvernement doit stopper cette fuite en avant de ses responsabilités. La priorité n’est-elle pas de s’occuper réellement de ces millions de personnes abandonnées à leur sort ?
Patrick Doutreligne, délégué général de la Fondation Abbé Pierre  accuse  « La France d’être championne du monde de belles lois aux objectifs ambitieux, comme le droit au logement opposable, mais la France se montre incapable de produire une offre à prix ou loyers accessibles ».

Je condamne la politique injuste et inefficace du gouvernement : la défiscalisation pour les propriétaires, de ponctions budgétaires permanentes sur le logement social, le dogme du « tous propriétaires » qui entretient la spéculation. 
 
Contre ces mesures coûteuses et contreproductives, les États généraux ont rappelé que la priorité devrait être de construire pour faire baisser les prix. Le Parti socialiste se félicite que ces Etats généraux aient retenu toute une série de propositions qu’il partage : 
– La mise en place de mécanismes de régulation du foncier avec une nouvelle fiscalité foncière ; 
– La construction massive de logements locatifs sociaux et surtout très sociaux ;
– La participation du parc locatif privé à la création de logements à loyers modérés ;
– La limitation des dépenses liées au logement en réévaluant les aides à la personne ;
– La mise en œuvre de solutions adaptées pour les jeunes qui passent par leur solvabilisation. 
 

Ecrit par Roger Madec dans : Le Parti socialiste | Tags : , ,
28
Sep
2009
0

La « Jungle » de Calais

Le 22 septembre dernier, Éric Besson armé de policiers démantelait la « Jungle » de Calais. Que peut-on penser de ce coup médiatique annoncé une semaine plus tôt sur TF1 ?
Cet exemple malheureux est symptomatique de ce que nous vivons en France depuis presque 3 ans. Le gouvernement résout les drames humains avec l’aide des forces de l’ordre.

Les migrants de Calais sont en majorité des hommes, des femmes et des enfants fuyant un pays souvent en proie à une guerre que nous ne savons pas gérer.

Éric Besson oublie de préciser qu’ils n’ont pas quitté leur pays simplement pour les plages du Calaisis.

Comme en 2002, on imagine que l’effet d’annonce et que les images des télévisions suffiront à faire disparaitre le problème, que les enfants d’Afghanistan vont stopper leur odyssée, que, sagement, ils vont retourner dans leur pays essayer de survivre aux attaques des talibans ou aux bombes de l’Otan.

Le sous-fifre ministre de l’immigration est à l’image de son nouveau parti politique qui préfère masquer la misère plutôt que d’y apporter des solutions de remplacement.

La France s’abaisse en ne proposant pas des conditions d’accueil conformes à la dignité humaine.
Mais nous ne pouvons pas agir seuls. Il faudrait une démarche européenne qui permettrait à toutes personnes fuyant un pays en guerre, à toutes personnes menacées, de pouvoir demander l’asile dans le pays de son choix suivant ses liens familiaux, linguistiques ou culturels.

Depuis, les migrants sont revenus, toujours présents dans les alentours de Calais. Éloignés, isolés, ils se retrouvent entre les mains de la mafia et ses passeurs.

Ecrit par Roger Madec dans : Réciproque | Tags : , , , , ,
04
Déc
2008
0

Question orale sur le financement de la Cité Edmond-Michelet dans le 19e arrondissement par l’Agence nationale pour la rénovation urbaine.

La cité Edmond Michelet est un ensemble immobilier classé ZUS (zone urbaine sensible) pour lequel l’ANRU s’est engagée à financer les travaux à hauteur de 23 millions d’euros. Aujourd’hui sur seize tours, six ont leurs travaux en voie d’achèvement. Les tours suivantes attendent le plan de financement promis par l’État.

À l’heure actuelle la ville de Paris demeure dans l’attente d’une décision de l’ANRU. Aucune réunion technique des partenaires n’a été programmée et les demandes de rendez-vous pris par la ville de Paris avec le directeur de l’ANRU et le cabinet de la ministre sont restées sans réponse.

Une situation extrêmement préjudiciable pour les 5 000 habitants de cet ensemble immobilier à laquelle l’état doit mettre fin en honorant ses engagements.

[vimeo 6516319]

Lire l’échange entre Roger Madec et Christine Boutin.

04
Déc
2008
0

Question sur l’hébergement des personnes sans domicile fixe.

La France compte aujourd’hui 100 000 SDF dont 150 sont morts dehors ces six derniers mois. Les SDF ne meurent pas uniquement dans le bois de Vincennes ou dans les arrondissements parisiens, ils meurent aussi dans le reste de la France. Le rôle de l’État est de prendre en charge les personnes les plus en difficulté que sont les SDF.

Ma question vise à interpeler la ministre du logement et de la ville pour qu’elle précise la volonté des autorités d’aller au-devant de chaque personne en difficulté pour répondre enfin à l’urgence de leur proposer un hébergement.

Voir la question écrite.

Ecrit par Roger Madec dans : Mes interventions | Tags : , ,

Propulsé par WordPress | Thème Aeros | Glen CHAVIN-COLLIN | Traduction WordPress tuto