18
Déc
2012
0

Les parlementaires écrivent au Président

Une quinzaine d’élus et de parlementaires socialiste ont réclamé au Président HOLLANDE de « remettre l’agenda économique et social en tête des priorités de l’action gouvernementale » et des « réponses fortes sur le terrain du pouvoir d’achat et de l’emploi ».

Je partage cette analyse : nous devons nous adresser plus directement aux classes moyennes et aux classes populaires afin que l’action de rénovation portée par le Président et son gouvernement soit plus lisible, et qu’elle ait des effets positifs plus rapides sur le quotidien des plus fragiles. L’installation de la crise économique dans la durée ne peut rester sans réponse.

Ecrit par Roger Madec dans : Réciproque |
18
Déc
2012
0

Depardieu en exil

De son exil belge, Gérard DEPARDIEU a annoncé vouloir rendre son passeport français et prendre la nationalité belge. On a les combats qu’on peut ! Je maintiens donc que sa conduite est proprement « minable », et que ses justifications ne convaincront personne.

Le prix de vente de son hôtel particulier représente à lui seul un tiers de ce qu’il prétend avoir versé aux impôts tout au long de sa carrière…

Ecrit par Roger Madec dans : Réciproque | Tags :
05
Juil
2012
0

discours de politique générale

Le discours de politique générale prononcé part Jean-Marc Ayrault devant le Sénat mercredi 4 juillet expose clairement la feuille de route du gouvernement. Il a réaffirmé le cap du redressement de notre pays dans la justice. Ainsi, la situation économique oblige le Gouvernement à agir sans tarder contre le chômage, contre la désindustrialisation ou contre l’augmentation massive de la dette publique.
Son discours a confirmé les propositions de campagne de François Hollande en garantissant une politique tournée vers la justice, jeunesse, égalité. Ce discours de vérité et sans langue de bois a certifié que les valeurs de la République et de la Démocratie seront au cœur des préoccupations du nouveau Gouvernement.
Sans détour, Jean-Marc Ayrault a renvoyé le Gouvernement précédant devant ses responsabilités. Il a indiqué intelligiblement que le changement était en marche et que ce changement passerait nécessairement par une rupture avec les pratiques mises en œuvre par la Droite. Cette nouvelle méthode sera tournée vers la concertation. Cette méthode de la concertation, cette culture de l’accord, qui se veut volontariste, placera la justice au centre de toutes les décisions. Le dialogue social doit s’imposer comme la norme à toute réforme.

14
Juin
2012
2

À bout de souffle

Le mauvais score du Front de Gauche aux élections législatives, de 11% à la présidentielle il se réveille à 7,5%, pointe du doigt la fin (possible) du Parti Communiste.

L’intérêt des thèses du Front de Gauche ont été portées par l’intérêt de l’opinion à écouter l’orateur Mélenchon du haut de ses tribunes. Malheureusement, si séduisant que son programme pouvait être pour une partie de la population, les électeurs se sont prononcés différemment en votant pour les partis de gouvernement dans les grandes villes et villes moyennes ou en s’émancipant vers le triste bulletin de vote du FN. Le PCF ne séduit plus, depuis longtemps, n’arrivant pas à se relever, il n’apparaît plus comme un parti crédible, capable de défendre l’intérêt du prolétariat. Embarqué dans la chute de la Gauche Plurielle de 2002, il n’a pas su trouver la force nécessaire pour se reconstruire.

Ainsi, Jean-Luc Mélenchon, fut peut-être le dernier empereur d’une ère révolue, le Romulus Augustule d’un PCF s’éteignant. Dans son combat hargneux, il a embarqué une presse gourmande qui a aidé à retenir le rideau rouge de tomber sur l’acte s’achevant. Le PCF n’a plus qu’à attendre le final tragique, la perte des députés et la chute des bastions rouges. Une fin qui semble aujourd’hui inéluctable.

Ecrit par Roger Madec dans : Réciproque | Tags : ,
13
Juin
2012
0

#circo1701 : Le twitte de Valerie Trierweiler

Le twitte de Valerie Trierweiler soutenant le camarade dissident Oliver Falorni contre Ségolène Royal à la Rochelle est une anecdote qui ne devrait pas dépasser les 140 caractères dans un communiqué de presse.
Ce twitte révèle le paradoxe de la première dame de France. Car derrière cette image d’Epinal, on agite l’étendard d’une fonction qui flotterait sans statut pour office de mât sur le palais de l’Elysée. La citoyenne Trierweiler peut donc s’exprimer sur le sujet qu’elle souhaite appuyant
son avis personnel, mais la compagne du Président de la République doit garder un « rôle discret » afin de ne pas mettre en difficulté le Président et son gouvernement. A la bienveillante sagesse de savoir faire la part des choses.
Finalement, seule la droite profite de cet instant médiatique pour faire feu de tout bois surexploitant « lapetitephrase » essayant au passage de masquer son soutien plein et entier aux thèses frontistes quand ce n’est pas aux candidats « bleu Marinne ».

06
Juin
2012
0

Cannabis, sortons de l’hypocrisie

Cannabis.

Les propos de Cécile Duflot ministre du gouvernement Ayrault sur le sujet délicat du cannabis peuvent être qualifiés de sottise. Sottise sur la forme mais en aucun cas sur le fond.

Sur la forme, Cécile Duflot en sa qualité de ministre ne doit pas prendre l’initiative de prôner la dépénalisation du cannabis. La cannabis est un sujet majeur de notre société qui ne peut pas être la parole d’un seul ministre. Un sujet de société aussi important doit être au préalable discuté dans la concertation avec l’ensemble des membres du gouvernement avant une annonce qui reviendrait exclusivement au Premier Ministre. En voulant aller trop vite, et rappeler à chacun l’une de ses positions de prédilection, Cécile Duflot risque de faire contredire le Premier Ministre et ainsi mettre du discrédit sur le gouvernement. A quelques jours des élections législatives Cécile Duflot aurait pu éviter cette annonce.

Sur le fond, la question du cannabis n’est pas nouvelle. Et je rejoins entièrement les propos et le positionnement de mon ami Daniel Vaillant.

La France est un pays très conservateur en Europe, alors que le concert européen prescrit déjà du cannabis thérapeutique à un grand nombre de malade, nous préférons continuer dans la voie des opiacés puissants. Combien d’années, encore, faudra-t-il pour que la recherche française puisse étudier cette drogue dans le but de calmer la douleur des patients ?

S’il est important de légaliser le cannabis à usage médical, il faut aussi étudier sérieusement l’arrêt de la prohibition qui n’est qu’une succession de bataille perdue d’avance. Dans un pays qui défend mordicus la vente d’alcool et de tabac, l’interdiction de cannabis peut prêter à sourire. Malheureusement les pouvoirs publics n’ont jamais eu le courage de cette réflexion. La prohibition, seule bilan de la Droite répressive, est un échec total. Le cannabis est toujours consommé et son dealer est toujours plus riche. Arrêtons de nous aveugler. Aucune politique d’évaluation n’a été menée afin de démontrer la pertinence de la prohibition. Ce constat d’échec nous oblige à réfléchir différemment, à proposer de légaliser le cannabis en le plaçant sous un encadrement strict, sous un contrôle exclusif de l’État. Une vente réglementée permettrait de vider les quartiers d’une délinquance de plus en plus menaçante et qui contrôle généralement certaines cages d’escalier par la violence. Le 19ème, comme d’autres villes, est pleinement exsangue de cette interdiction.

Ne mettons pas de coté un des aspects positifs d’une légalisation qui verrait la mise en place de plans de prévention efficaces comme il en existe pour le tabac et l’alcool qui, je vous le rappelle, tuent respectivement 66 000 personnes et 45 000 personnes en France chaque année. Des drogues mortelles mais licites dont personne ne s’offusque qu’elles ne soient pas prohibées.

Sortons de l’hypocrisie et ouvrons un grand débat sur la légalisation du Cannabis. Je le répète la prohibition c’est tout simplement l’État qui laisse la vente réglementée d’un produit aux crimes organisés.

Ecrit par Roger Madec dans : Réciproque | Tags : , , ,
05
Juin
2012
0

Syrie

Je me félicite de la décision d’expulsion de l’ambassadrice syrienne.

Il faut faire bloc face à Bachar Al Assad, il ne faut pas que les discussions cessent mais nous devons être ferme face à ce régime qui plonge son peuple dans l’horreur des bombardements, la terreur des assassinats, l’épouvante des massacres et dans la guerre civile, matant l’espérance d’une Révolution.

Cependant, un engagement militaire de la France ne doit pas se faire dans la précipitation. Nous ne pouvons pas y aller seul. Une frappe française serait inefficace. L’Europe a les moyens de ce saisir de cette épineuse question et l’alliance européenne devrait tendre à s’interroger sur l’opportunité d’une réponse armée. Mais, en attendant que l’Europe militaire se construise, je reste persuadé qu’un engament militaire doit se faire strictement dans le cadre d’une décision de l’ONU.

Notre attention sur la Syrie, ne doit pas amoindrir notre effort à apporter aux peuples arabes qui se sont libérés des États despotiques. Si une révolution dans son épisode sanglant est courte, une révolution est un fondement historique qui s’écrit dans une durée plus ou moins longue. Aujourd’hui les fruits des révolutions arabes ont encore un goût bien amer, il est important que les communautés européenne et internationale œuvrent à faire murir cette grappe fruitière, afin que le sucre des droits fondamentaux abreuve ces millions d’hommes et de femmes.

Ecrit par Roger Madec dans : Réciproque | Tags : ,
09
Mai
2012
0

Le symbole

Ce fut il y a trois jours. Un dimanche historique pour l’histoire de la Gauche et pour l’histoire de France.

En attendant sa prise de fonction le 15 mai prochain, le Président élu doit s’affairer à préparer les dossiers lourds et importants que sont les sommets du G8 et de l’OTAN.

Mais devant cette tâche difficile, il y a le choix ingrat de la composition de Gouvernement. Un Gouvernement, c’est toujours une quantité de déçus. Le prochain Gouvernement attise en ce moment soudeurs et cafés du commerce. Chacun allant de son analyse sur telle ou telle femme, sur tel ou tel homme. Les discussions vont bon train. La réponse à ce conclave qui se joue rue de Ségur sera apportée par la nomination du Premier Ministre.

Pour ma part, je ne serai pas défavorable que cette prestigieuse et néanmoins difficile fonction revienne à Manuel Valls. Manuel Valls a fait ses preuves lors de cette campagne. Très présent et compétent, organisant les équipes, il a réussi le sans faute lui permettant légitimement aujourd’hui de se positionner comme un Chef du Gouvernement. D’autres de ses atouts sont sa jeunesse et son parcours. Jeune, il représente la nouvelle génération du Parti Socialiste soucieuse de travailler pour l’intérêt de la France. Son parcours personnel fait de lui un symbole de rassemblement envoyé à cette droite xénophobe qui ne voit en l’étranger qu’un Barbare voleur d’emploi. Né espagnol il fut naturalisé français en 1982.

Enfin, le courage, d’un homme dans cette campagne fut le courage de François Bayrou de soutenir au nom des valeurs de notre République François Hollande. François Bayrou mérite-t-il d’être soutenu par notre parti ?
Pourquoi pas, étant donné que l’UMP est prêt à tout pour le sanctionner et le faire disparaître du paysage politique. Très loin de la traitrise de Besson, le PS pourrait le soutenir dans sa réélection en ne présentant aucun candidat contre lui. En politique, il faut parfois savoir parfois renvoyer l’ascenseur.

Propulsé par WordPress | Thème Aeros | Glen CHAVIN-COLLIN | Traduction WordPress tuto